Commencer la recherche   Contact             
Equipements
Eléments communs
Controle d'accès
DAI
FA
Météo routière
PMV
RAU
SOL2
S.R.D.T. Conformité
Tunnels
UD
UMT
Vidéo
Accueil
NF P 99-344 - Limites de l’ inter-opérabilité des classes d’ UMT
Accueil / Equipements / UMT

Bien que la norme précise en son paragraphe 4.1 que la classe deux soit totalement incluse dans la classe trois, certaines limitations méritent un éclaircissement.

Adjonction de paramètres

Certaines commandes disposent en classe trois d'un ou plusieurs paramètres de plus qu'en classe deux.

Les paramètres sont étiquetés, en conséquence :

Vu du client le ou les paramètres complémentaires sont parfaitement identifiables.

Vu de la station, la commande peut se limiter aux seuls paramètres de la classe 2 ; les valeurs par défaut, ou les configurations standards faisant le reste.

Exemple 1 - Lecture de SETU : 

classe 2 : SETU 1 XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

 SETU 2 XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

 SETU 3 XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0

classe 3 : SETU 1 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

 SETU 2 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

 SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0

Exemple 2 : Lecture de CFC - valeurs du couloir de détection

classe 2 : 1 caractère de "0" à "7"

 CFC 0=QT/TT/VT ......6=QT/TT/VT

classe 3 : 1 caractère du jeu J7 ; le jeu J7 inclut les caractères de "0" à "7"

 CFC 0=QT/TT/VT ... ... ... ... ... ù=QT/TT/VT

Exemple 3 - Ecriture de CFA S : 

classe 2 : CFA LC=J VC=J KC=Z PC=Z EC=Z TC=Z

classe 3 : CFA EC=Z KC=Z LC=J PC=Z QL=Z QT=V/B/H/J TC=Z TT=V/B VC=J VT=V/B %L=Z

Les deux configurations sont fonctionnellement identiques

Adjonction de valeurs pour les arguments des paramètres

Il s'agit d'un élargissement du domaine de définition des arguments ; en conséquence les valeurs potentielles de la classe 2 sont incluses dans la classe trois.

Vu du client le ou les valeurs complémentaires sont parfaitement identifiables.

Vu de la station, la commande peut se limiter aux seules valeurs admissibles de la classe 2 ; les valeurs par défaut ou implicites s'il y a lieu, faisant le reste.

Exemple - Lecture de CFC :

classe 2 : CFC 4=QT/TT/VT/KC/PC

classe 3 : CFC 4=QT/TT/VT/KC/PC (CI,HI,II,TI,DI,LI,VI,KI,NI,PI pourraient être configurés explicitement, mais ce n'est pas nécessaire car leur configuration est implicite) 

Modification de l'ordre des paramètres dans les formats de réponse

Les paramètres sont étiquetés, en conséquence leur reconnaissance est permise quel que soit leur ordre

Exemple : 

classe 2 : CFA LC=J VC=J KC=Z PC=Z EC=Z TC=Z

classe 3 : CFA EC=Z KC=Z LC=J PC=Z QL=Z QT=V/B/H/J TC=Z TT=V/B VC=J VT=V/B %L=Z

Modification d'étiquettes de paramètres

Pour un même paramètre (au sens fonctionnel) la syntaxe de l'étiquette est différente pour les classes deux et trois.

Cette modification résulte d'évolutions fonctionnelles importantes entre la classe 3 et la classe 2. Le client dialoguant avec les UMT doit forcément connaître la classe de l' UMT à laquelle il s'adresse. Pour les commandes de configuration, la syntaxe de la commande d'écriture sera souvent différente.

Les commandes concernées sont CFF, VA.

Exemple : 

classe 2 : CFF I=7 m=7 B=250 H=960 J=36 LC=0 VC=0 KC=0 PC=0 EC=0 TC=0 . . .

classe 3 : CFF I=7 QTm=7 TTm=7 VTm=7 QTB=250 TTB=250 VTB=250 QTH=960 QTJ=36 . . .